En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » La broderie en Tunisie
 

La broderie en Tunisie

L’art de la poterie et de la céramique est millénaire en Tunisie qui connaît deux types de poterie : une poterie tournée par les hommes et une autre modelée par les femmes : cette dernière se rencontre uniquement en milieu rural ; elle est essentiellement utilitaire. Le modelage, la cuisson et le décor de ces poteries sont demeurés primitifs. Les lignes, les points, les traits ciliés, les dents de scie, les croix, les losanges sont autant de motifs qui rappellent tatouages et tissus de laine ruraux.
Quand à la poterie tournée, il semble que ce sont les potiers de Djerba qui ont été les premiers à utiliser le tour depuis les temps les plus reculés.
 
Ils tiennent leur perfectionnement de cet art de l’ancienne Egypte, de la Phénicie, de la Grèce et de Rome. Ce sont aussi les potiers de Guellala (Djerba) qui sont à l’origine de la création d’autres centres potiers dans le littoral tunisien. Tunis, Nabeul, Moknine leur doivent d’y avoir fait naître une production de même facture que celle de Djerba.
 
Mais si la poterie poreuse « chaouat » s’identifie à Guellala, celle émaillée, jaune, vert ou brune, est synonyme de Nabeul. Les potiers de cette ville doivent leur renommée à cette technique.
 
L’utilisation des glaçures et des oxydes métalliques est venue de Baghdad à l’époque aghlabide (IX ème siècle).
 
La céramique Fatimide et Zirîde (IX ème siècle est caractérisée par un art figuratif consacrant la représentation de figures humaines et d’animaux. Cet art s’est répandu dans les pays du Maghreb de même q’en Andalousie et en Sicile.
 
A partir du XVII ème siècle la céramique tunisienne subit fortement l’influence turque : les céramistes tunisois, installés à Qallaline, produisent une céramique polychrome rappelant celle de la Turquie Ottmane.
 
De nos jours, la céramique connaît une véritable renaissance. Le développement du secteur du bâtiment lui a donné une nouvelle vigueur en permettant l’émergence d’un grand nombre d’unités de fabrication aussi bien artisanales qu’industrielles. Mais la céramique ne se limite pas aux fonctions utilitaires puisqu’elle a une place de plus en plus importante dans les activités ludiques des plasticiens tunisiens qui la considèrent plus comme art à part entière que comme simple technique.

Date de création : 17/08/2014 : 08:29
Catégorie : - Poterie & Céramique
Page lue 1979 fois

Art